Portrait de Bleu Cobalt

Bleu Cobalt - photo 2 ok - maud Péneau
Bleu Cobalt - photo 3 ok - maud Péneau
Bleu Cobalt - photo 1 ok - maud Péneau

Qui se cache derrière le studio Bleu Cobalt?
Nous sommes Maud Péneau et Coralie Camarassa.

Depuis quand le studio existe?
2015.

Travaillez-vous avec des designers freelance?

Oui, quelques unes.

Racontez-nous votre parcours.
M : J’ai passé un diplôme de créatrice de mode à l’atelier Chardon Savard. Au départ j’ai travaillé pour plusieurs marques de luxe puis j’ai créé ma marque de t-shirts pour hommes. En 2015 nous avons créé notre studio de design d’imprimés avec Coralie.
C : J’ai étudié le stylisme à Esmod international puis j’ai suivi une formation de tailleur à l’Académie Internationale de Coupe de Paris. J’ai exercé en tant que styliste maille dans le prêt à porter pendant 10 ans. J’ai eu envie de revenir à ma première passion, reprendre les crayons et les pinceaux et nous avons décidé avec Maud de nous associer.

Décrivez-nous votre style.
Bleu Cobalt (anciennement Atelier Du Motif) est un studio de design d’imprimés basé à Paris.
Depuis 2015, nous expérimentons avec enthousiasme et passion les innombrables possibilités créatives du motif. Nous créons nos imprimés entièrement à la main car nous croyons que ce sont les textures et les nuances qui leur donnent vibration et profondeur.
Nous travaillons nos imprimés avec soin, dans le respect de techniques ancestrales (suminagashi, encaustique, tampons en bois etc) et les rendons parfaitement éditables dans un fichier digital remis à nos clients avec un contrat garantissant leur exclusivité.
Nous pensons que l’artisanat demande du temps, c’est pourquoi nous proposons un fond de collection intemporel et travaillons chaque saison sur un nombre réduit de motifs ancrés dans leur époque mais amenés à vivre dans le temps.

Quelles sont vos inspirations/influences principales?
M : J’aime beaucoup les expérimentations plastiques et je suis très influencée par les arts premiers.
C : Ma plus grande inspiration c’est le végétal et j’adore flâner dans les jardins, identifier les fleurs, les feuillages que je pourrais redessiner après. Je suis aussi très influencée par la lumière et les couleurs. Une association de teintes vues va faire tranquillement son chemin en moi, se transformer et générer tout un tas d’idées, de sensations et d’inspirations.

Le lieu qui vous inspire le plus?
M : Les musées parisiens dont le musée du quai Branly et le musée Guimet.
C : Les musées également, une terrasse de café et tous les jardins du monde.

Qu’est-ce qui a déclenché votre passion pour les imprimés?
M : Depuis toute petite j’ai toujours dessiné et observé mon père peindre. Mes parents m’emmenaient aussi souvent au musée.
C : J’ai toujours eu une passion pour le dessin et depuis l’enfance je décorais tout ce qui me tombait sous la main. C’est d’abord par l’ornement, le décor et le dessin que je me suis exprimée. La peinture et le motif sont venus plus tard.

Votre premier souvenir imprimé?
M : Un tableau contemporain rouge et bleu au musée des beaux-arts de Nantes qui m’a beaucoup marquée quand j’étais enfant.
C : Le papier peint de mon enfance avec des petits Pierrots assis sur des lunes que j’ai fait mettre à mes parents dans toute ma chambre.

Décrivez-nous votre processus de création.
M : Je rassemble mes inspirations. Je fais une série d’environ 5 imprimés, je réalise d’abord un croquis puis je colorise (peinture, pastels, marqueurs…). Si c’est un travail très texturé je ne passe pas par le dessin. Ensuite je scanne, je nettoie et je fais la répétition sur photoshop.
C : De mon côté, je passe toujours par un très grand croquis sur lequel je vais peindre, colorier ou retracer à l’encre de chine. J’ai pour habitude de travailler mes répétitions à la main, ce qui me permet de passer plus de temps sur le papier que sur photoshop. Mes formats originaux sont donc très grands. Je ne passe pas tout de suite à l’ordinateur, un dessin en inspirant un autre, je fais généralement de grandes sessions à la main avant de finaliser mes motifs. Pour terminer je scanne, nettoie, ajuste ma répétition et travaille mes colorations.

Quel est votre médium préféré et pourquoi?
M : En ce moment je redécouvre les pastels gras. J’adore la texture et les couleurs vives de cette technique.
C : Je suis complètement obsédée par les stylos techniques à l’encre de chine et j’adore l’aquarelle. Du coup je dois souvent dépasser ma première envie pour expérimenter d’autres médiums.

Quelle est la partie que vous préférez dans ce métier?
M & C : on adore aller à la recherche de différents papiers, trouver de nouveaux matériaux et médiums. Notre partie préférée est incontestablement le dessin et la peinture.

Pour quel type de produits ou secteurs travaillez-vous?
La mode, la décoration et la papeterie

Sur quoi travaillez-vous en ce moment?
Sur plusieurs collaborations à venir pour l’année prochaine.

Sur quels salons exposez-vous?
Première Vision, The London print design fair, Heimtextil et Interfilières.

Quel est votre meilleur souvenir de salon?
Plus on fait de salons, plus on connait les gens/studios qui nous entourent et ça permet de créer des liens pour partager les bonnes nouvelles et les coups durs. C’est vraiment une force et c’est ce qui à permis de créer la fédération.

Que souhaitez-vous accomplir dans le futur?
Développer encore plus notre clientèle dans le secteur de la décoration. Un secteur que nous affectionnons particulièrement.

Le plus gros challenge que vous ayez eu à relever en tant que designers?
Participer à notre premier salon à Londres avec nos petites économies, ne sachant vraiment pas ce que ça allait donner et finalement c’est ce qui nous a permis de nous lancer.

Quels conseils voudriez-vous donner aux futurs designers qui se lancent?
Avant de se lancer, prendre le temps de créer une collection conséquente et penser l’univers de son studio pour bien incarner son travail et se démarquer de la concurrence.
Bien se renseigner, auprès de La Trame ou autres, pour bien se placer sur ce marché, en terme d’offre mais aussi de tarifs. Ne surtout pas penser que la rédaction d’un contrat de cession de droits d’auteur est facultatif, il est au contraire extrêmement important.
Il est souvent difficile d’être seule à devoir tout gérer dans un studio, surtout quand on commence à participer à des salons. L’un des meilleurs conseil à notre avis est de s’associer avec un.e autre designer, voir mieux, un.e commercial.e.

Pour contacter Bleu Cobalt

Coralie Camarassa & Maud Péneau
hello@bleucobalt.paris

Instagram
MAILING_ADHESION-03
Site internet