Portrait de Coquelicot Blossom

coquelicot_fd-03
coquelicot_fd-02
coquelicot_fd_Plan de travail 1

Qui se cache derrière Coquelicot Blossom?
Je m’appelle Amélie Bois.

Depuis quand le studio existe?
Je me suis lancée début 2017.

Raconte-nous ton parcours.
J’ai étudié le design textile à la Haute École des Arts du Rhin (anciennement le Quai) à Mulhouse, puis à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Ce sont deux approches différentes, la première davantage en imprimé, la deuxième plutôt en broderie et tissage.

Décris-nous ton style.
On peut dire de mon univers qu’il est très coloré tout en restant assez doux.

Quelles sont tes inspirations/influences principales?
Je ne pense pas avoir d’influence particulière (pas consciemment en tout cas), un rien peut m’inspirer. Mon inspiration a un côté ‘no limit’ qui m’aide beaucoup en travaillant dans le secteur de l’enfant.

Le lieu qui t’inspire le plus?
Je voyage beaucoup et quand je rentre j’aime bien me faire une petite série de motifs inspirés des endroits dans lesquels je suis allée: les maisons de fjord en Norvège, des lamas d’Equateur.. Et quand je retombe dessus, j’ai ma petite pointe nostalgique !

Qu’est-ce qui a déclenché ta passion pour les imprimés?
Je crois que j’ai eu deux déclencheurs.
Quand j’étais en prépa, au moment où je me cherchais un peu, une de mes profs a trouvé que mon travail était très typé imprimé, et m’a conseillé de passer le concours de l’École du Quai. Et elle avait raison, une fois là-bas, j’étais totalement dans mon élément.
Puis pendant mon stage de fin d’études, j’étais dans une société en banlieue de Bruxelles, et j’ai assisté à un rdv avec une designer qui venait vendre ses dessins, et je me suis donné comme objectif de faire comme elle par la suite ! Merci Soizic Gilibert d’avoir éveillé ma vocation 😉

Ton premier souvenir imprimé?
Petite j’avais beaucoup de vêtements imprimés en général, mais j’ai particulièrement en tête une photo d’été où je porte un petite jupe provençale dans les tons bleus-lavande.

Décris-nous ton processus de création.
Je me fais un petit brainstorming en fonction du thème de la collection, ou de la commande qu’on me passe, et puis une fois que j’ai fait le tri dedans, je fais quelques recherches pour développer mes idées. En parallèle, je crée mes gammes.
Ensuite je dessine/peint à la main, je scanne et je retravaille sur Illustrator/Photoshop. Une fois que j’ai fait mon raccord, je reviens souvent sur ma gamme initiale, et j’en crée une ou deux autres pour donner une autre approche à mon motif.
Petite nouveauté: on va pas se mentir, l’Ipad Pro a trouvé une place dans mon processus !

Quelle musique écoutes-tu en travaillant?
Absolument tout. Cette semaine j’écoute Worakls et Lost Frequencies. La semaine prochaine sûrement Britney Spears et les 90/2000,  des BO de films ou peut-être Sia, qui sait?

Quelle est la partie que tu préfères dans ce métier?
Chaque partie a son charme, j’aime bien chercher mes couleurs et créer mon raccord. Et ensuite j’aime bien voir le produit fini porté.

Pour quel type de produits ou secteurs travailles-tu?
Je travaille principalement pour le secteur de la mode enfant (et un peu de femme), et je me diversifie plus récemment dans l’ameublement.

Sur quoi travailles-tu en ce moment?
En ce moment, je travaille pour une marque de lingerie/nuit femme, en parallèle de ma collection AH21.

Quels sont les salons sur lesquels tu exposes?
J’expose mes collections sur le salon Première Vision Paris, Heimtextil et Playtime.

Quel est ton meilleur souvenir de salon?
Comme beaucoup ma première vente fut un bon souvenir mais j’aime aussi ce temps informel entre designers, l’occasion de mettre des visages sur des comptes Instagram !

Que souhaites-tu accomplir dans le futur?
Je travaille en grande partie pour le secteur de l’enfant, donc je voudrais continuer de me diversifier, et faire davantage de mode adulte, ou de Home non typé enfant.

Le plus gros challenge que tu as relevé en tant que designer?
Rendre une commande en 3 jours.. pendant 3 jours de salon.
J’ai également une réelle angoisse au téléphone, donc on peut dire que la partie commerciale du métier est un gros challenge que je m’efforce de relever au quotidien !

Quels conseils voudrais-tu donner aux futurs designers qui se lancent?
De se préparer à avoir plusieurs casquettes ! Dessinateur oui, mais aussi comptable, commercial.. Et surtout, de garder une positive-attitude, indispensable !

Pour contacter Coquelicot Blossom

Amélie Bois
coquelicot.blossom@gmail.com

Instagram
MAILING_ADHESION-03
Site internet